top of page

Pour qui le coach se certifie-t-il ?

Est-ce que toi aussi tu as tendance à tomber dans ce piège ?

Moi, j’y suis tombé les deux pieds dedans !


J’ai mis le temps et l’argent nécessaire pour l’avoir et cela ne m’a rien apporté du tout !


Ce qui, pour moi, était le graal, celui qui allait me faire accéder à la réussite que j’espérais s’est avéré être le plus grand frein pour l’émergence de mon potentiel !


Rien que d'y penser, j'ai des frissons : mon potentiel ficelé et cadré par cette seule ambition : avoir ma certification.


Et toi ?


Pense-tu sérieusement que tu devras ta réussite au bout de papier que tu as décroché ou décrocheras à la fin de ta formation ?




Est-ce que ton potentiel, celui que tu as dans ton cœur et dans tes tripes, a quelque chose à voir avec ce certificat ?


Est-ce que c’est ce papier que tu veux exposer qui va asseoir ta crédibilité vis-à-vis de tes futurs clients ?


Est-ce pour cette raison là qu’ils vont te choisir comme coach et se déplacer jusqu'à toi ?


Est-ce cela qui fera même une toute petite différence ?


Mon expérience a envie de te crier un grand « NON » !


Dans les faits, que ce soit dans le monde privé ou le monde de l’entreprise, on ne m’a jamais demandé de justifier ma qualité de coach par un document certifiant que j’étais coach.


A l’époque, en tant que coach PCC ICF, j’avais publié mon certificat sur une page de mon site.


En 3 ans, la page n’a été vue qu’une seule fois !


Les coachs reconnaissent souvent beaucoup plus de valeur à leur certification que leurs coachés.


J’ai simplement envie de te poser cette question : quelle serait ta motivation à mettre comme critère principal le certificat dans le choix d'une école de coaching ?


Il y a 10 ans quand j’ai choisi ma formation de coaching, j’aurais répondu ce que sans doute beaucoup d’entre vous répondent à cette question : pour ma crédibilité et ma légitimité.


J’avais cette croyance que ce bout de papier (et le pin’s qui allait avec mon diplôme ;-)) allait me rendre crédible aux yeux du monde en tant que coach !


Mais très vite, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un problème qui me concernait moi : de moi à moi, simplement.


Et ce problème, je l’ai réglé en supervision avec mon coach.


Ma certification n’a jamais été la raison pour laquelle mes clients me choisissaient comme coach : ni de près, ni de loin.


Ma présence sur le site d'une fédération ne m’a jamais amené aucun client.


Ce qui a amené mes clients à me choisir, c’est mon site, mon blog, mes efforts, mes communications qui me présentaient tel que je suis.


C’est qui je suis qui fait qu’ils me choisissent ou passent leur chemin.


C’est mon savoir-être plus que mon savoir-faire que les clients sont venus chercher.


Ma croyance qu’une certification reconnue par une fédération était importante pour asseoir ma crédibilité est très vite tombée de son pied d’estale.


Aujourd’hui, je me rends compte qu’en tant que client, je me méfie des coachs qui s’accrochent à cette certification pour affirmer leur crédibilité.


N’ont-ils, en fait pas, un problème à régler avec eux-mêmes comme moi à l’époque ?


Quelle est la peur qu’ils rassurent avec leur certificat ?


Comment cette peur va limiter leurs coachings ?


Il y a matière à aller directement traiter cela en supervision car le coach va clairement être la limite de son coaching !


Aujourd'hui, je cherche un coach ancré dans sa légitimité et en paix avec lui !




En tant que formateur chez Humaneo Coaching, je me suis inquiété du peu de coachs qui demandaient à être certifiés « Coachs CCTE ».


Et puis, je me suis rendu compte, que lancés dans le métier de coach et dans leur pratique, ils n’en avaient simplement plus besoin.


C’est cela la vraie légitimité : ressentir que tu es au bon endroit, que tu as transformé tes talents en compétences, voir tes clients se transformer et atteindre leurs objectifs et te rendre compte qu’ils te recommandent.


J’aime dire que c’est un peu comme le vin : un très bon vin n’a pas besoin d’être médaillé or...


Aujourd’hui, ces coachs savent qu’ils sont des millésimes et aucun papier ne pourra leur donner plus que cela.


Alors si tu es à la recherche d’une école de coaching, je t’invite à regarder au-delà de la certification (que, au demeurant, toutes les écoles proposent) .


Aujourd’hui, en Belgique, aucune certification n’a plus de valeur qu’une autre !


Ni au niveau légal, ni dans les faits !


Au niveau légal, il n’y a aucune reconnaissance du métier de coach.


Autrement dit, la certification que tu vas avoir en main est une certification autoproclamée de l’école ou de la fédération.


Aucune ne te donne plus de droit qu’une autre.


Sur base du certificat, tous les coachs sont égaux même si les fédérations s’en défendent.


C'est un fait et pas une histoire et un bon coach sait faire la différence ;-) !


Ce qui en revanche va faire la différence entre un coach qui va remplir son cabinet et un coach qui va peiner à trouver des clients, ce sera sa capacité à


- Respecter l’éthique et le positionnement du coach;


- Être présent de manière authentique à son client : c’est-à-dire à la fois connecté à ce qu’il ressent et à son intuition et connecté à l’univers de son client ;


- Disposer d’un questionnement global puissant: questionner les émotions, les ressentis dans le corps, le sens qu’il donne aux choses;


- Guider, cadrer, protéger, soutenir et challenger son client pour le servir au mieux dans un environnement où il se sent en sécurité et en confiance ;


- Responsabiliser son client et le mettre dans l’action vers ses objectifs;


- Être créatif et surprendre ses clients pour susciter des prises de conscience;


- Être authentique dans son ADN de coach : être clair sur son POUR QUOI et son POUR QUI ?


- A pratiquer, se remettre en question et se former continuellement !



Derrière les excellents coachs, il y a une forte envie de servir l’humain en tant qu’humain et le désir de servir son potentiel !


C’est cette dimension humaine qui distinguera, dans le futur, les coachs à une intelligence artificielle dont les questions peuvent déjà être très puissantes aujourd’hui !


Mais cela, c’est une autre histoire qui sera le prétexte d'un nouvel article !

129 vues0 commentaire
bottom of page